"Doctor Who", si exceptionnel que ça ?





Alors la question qu'il s'agit de se poser est de savoir pourquoi doit-on considérer cette série comme un phénomène à part, quelque chose d'unique, d'exceptionnel ?


Son exceptionnelle longévité


En effet, Doctor Who est la série de science fiction la plus longue de l'histoire: après 43 années passées dans l'étrange lucarne, 723 épisodes diffusés sans compter les deux dernières saisons (soit une vingtaine en plus), Doctor Who est inscrit dans le *Guinness Book*... La série a commencé à apparaître sur les ondes de la BBC, le 23 Novembre 1963 à 17h15 heure française. Cependant, en 1989, la série fut suspendue pour une durée indéterminée à cause d'un manque d'audience et d'intérêt de la part des spectateurs: 3 à 5 millions de téléspectateurs à cette époque, plus qu'il n'en faut pour que RIS ou que l'Hopital (oups!) (en première partie de soirée qui plus est) reste à l'antenne...



Il a donc fallu attendre Russell T Davies, Queers notamment, et 2005 (quelle merveilleuse année vraiment, remember SW) pour que le célèbre et adulé Docteur revienne à l'écran plus en forme que jamais !
Aujourd'hui, les audiences varient de 5 à 10 millions de téléspectateurs, autant dire que le succès est bien au rendez-vous !




Son exceptionnelle originalité - accessibilité


Déclinée sur 30 saisons, 723 épisodes dont 679 de 26 minutes, 47 épisodes de 45 minutes et quelques téléfilms, Doctor Who présente un format de diffusion qui étonne. En effet, dans la série d'origine, chaque saison comportait une dizaine d'épisodes (un peu moins vers la fin) tous divisés en au moins quatre parties voire dix pour certains, soient des histoires insoutenables qui n'en finissaient pas. Cependant, avec la série de 2005, le format a changé quelque peu: une saison comporte 13 épisodes de 45 minutes (sauf un) dont les histoires sont découpées souvent trois fois par saison en deux parties de durées égales + un "Christmas", soit "un épisode de Noël". Bref, autant dire, que son originalité n'est pas à démontrer ne serait-ce que de sa diffusion.



A l'origine, Doctor Who était une série de science fiction éducative (et oui !) qui apprenait l'Histoire contemporaine, la Science, le futur et l'espace à toute la famille. Cependant, quelques années après sa première diffusion, la Sci Fi se généralise avec la révolution culturelle et musicale qui fait suite au mouvement hippie. Elle devient plus folle et obscure mais également de plus en plus médiatisée: la franchise Dw n'a pas d'autres choix que de revoir sa copie et de devenir un peu plus adulte. La série est aujourd'hui encore tournée vers un public familial même si quelques épisodes des années 70 en ont traumatisé plus d'un à l'époque, après 2005, plus d'effusion de sang lorsque un alien se prend une balle, plus de langage cru (en fait il y en a plus aujourd'hui qu'hier): tout ça c'est réservé à Torchwood (série dérivée) ! C'est pour cela que la plupart des épisodes conservent une âme bon enfant tout en faisant passer un message parfois beaucoup plus adulte que l'on le pense...

 



Son exceptionnelle inventivité


Pour ce qui est de l'imagination, les écrivains de Doctor Who en ont à revendre. Rien à envier aux pros du ciné', les scénaristes les dépassent souvent en terme d'inventivité et de rebondissement voire même en terme d'histoire tout simplement. En effet, Doctor Who est notamment aussi exceptionnel de part son organisation: un épisode, un scénariste, avec un renouvellement de ces scénaristes par saison, cependant, on retrouve généralement les mêmes pour maintenir une certaine continuité sauf pour ce qui est des épisodes random (épisodes à histoire sans conséquence sur la suite de la série). Bref, cet échange de talent ne peut qu'être un avantage merveilleux pour cette série !



Parmi les plus connus, vous reconnaîtrez peut-être l'écrivain Douglas Adams qui est connu pour son Guide (du voyageur parfois) Galactique (ou H2G2 pour l'adaptation...) pour l'ancienne série, ou Russell T Davies qui a quasiment écrit toute l'histoire à lui seul de la version de 2005 avec brio, Steven Moffat, créateur de la série Jekyll et grand ami de Steven Spielberg, ou encore Paul Cornell, Mark Gatiss, Gareth Roberts...et plein d'autres pour la nouvelle série !
Suite à ça, il n'y aucune redondance dans Dw, n'est-ce pas exceptionnel pour une série aussi longue !
Attention, la version de 2005 est dans la continuité directe de l'ensemble des saisons précédentes à partir de 63.




Son exceptionnelle réalisation - ambiance


A l'instar des scénaristes qui sont sous la tutelle de RTD pour la nouvelle version, les réalisateurs sont tout aussi nombreux ! Un épisode, une ambiance, une esthétique unique à celui-ci !
Je crois que c'est l'aspect le plus exceptionnel de tous d'après moi car il offre une perspective grandiose et permet de ne jamais confondre tel ou tel épisode puisque ils sont tous uniques tout en existant comme un tout.
L'humour anglais fait bien évidemment parti
de l'aventure mais n'est compréhensible pour la plupart du temps que part les anglo-saxons qui reconnaissent leurs expressions fétiches ou des situations troublantes, tout ça pour dire qu'aucun épisode de cette série ne contient aucune dose d'humour !



Cette ambiance exceptionnelle réside à la fois dans une réalisation magistrale que dans une histoire ficellée de bout en bout ou que dans le jeu d'exception des nombreux acteurs, souvent connus, qui composent cet Univers dont les limites ne sont jamais atteintes !




Son exceptionnel casting


En effet, la franchise Dw attire de plus en plus les plus grandes personnailités anglo-saxonnes et britanniques:
vous reconnaitrez au casting de la nouvelle version, Christopher Eccleston (Petits meurtres entre amis, Les Autres, 28 jours plus tard, Heroes...), David Tennant (Casanova, Harry Potter 4, Blackpool, Secret Smile, Recovery, il joue actuellement Hamlet dans la pièce du même nom en représentation au Royaume-Unis...), tout les deux étant Nine et Ten,



Billie Piper (la plus jeune ex-chanteuse de pop d'Angleterre qui a eu un succès fou au début des années 2000, Secret Diary of a Call Girl diffusé sur M6 à la rentrée,...), jouant la compagne (préférée et aimée mais chut!) du Doc', John Barrowman (chanteur et acteur dans de nombreuses comédies musicales, carrière de chanteur naissante, personnage principal de la série Torchwood), Catherine Tate (humoriste britannique nationalement connue mais également actrice): il peut dire que tou
s ces acteurs ont reçu bon nombre de récompenses tout comme les scénaristes ou réalisateurs...
Bref, à casting d'exception qui se complète par de nombreux guest star comme Kylie Minogue notamment !




Son exceptionnelle musique


Voici un autre point exceptionnel car que serait une série ou un film sans musique ?
Rien.



En effet, la Bo occupe une place primordiale dans la réussite ou la crédibilité d'une série avec autant d'ambitions que Dw. Ainsi en 2006, la BBC a permis à Murray Gold, compositeur de la série, d'emprunter l'orchestre philharmonique du BBC National Orchestra pour la saison deux par moment, et pour les saisons 3 et 4, à plein temps. Sans ce compositeur de génie digne successeur de Dany Elfman ou encore qui sait, John Williams, ayant un style propre pour chaque série que ce soit Dw, qui rivalise largement autant par sa forme que son contenu avec les meilleures BO du cinéma, ou Torchwood, dirigé par son acolyte Ben Foster, Doctor Who n'aurait pas autant de prestance aujourd'hui. Alternant entre thèmes reconnaissables entre mille et véritable peinture musicale, saison 4 où certains épisodes comprennent 45 minutes d'orchestration identitaire, Murray Gold représente aussi bien que RTD cette série exceptionnelle.




Son exceptionnel fan club


Mais que serait une série sans reconnaissance ? Si il est bien une série en Grande Bretagne qui est du succès auprès de fan c'est bien Doctor Who. Un soutien incommensurable allant même jusqu'à influencer certains épisodes, les fans de Dw ne sont jamais plein de ressentiment à l'égard d'une histoire ou de la fin d'un personnage (sauf pour une certaine Martha...) comme il peuvent l'être à l'égard de George Lucas ou de JK Rowling...Doctor Who maintient un équilibre et présente parfois de telles largesses scénaristiques qu'il est possible de facilement s'approprier l'histoire (pas la trame principale bien sur) pour la finir sur Word en tant que Fan Fiction (roman de fan) !
C'est bien évidemment la convivialité que l'on ressent, un sentiment d'appartenance à une communauté unique (c'est le cas de le dire) qu'est Dw !



Jamais une série n'aura été aussi exceptionnellement chaleureuse que Doctor Who !




Alors, oui, je pense que l'on peut dire que "Doctor Who" est assez exceptionnel en son genre.
On pourait même arrêter ce dossier ici, mais il y a encore plein de choses à voir...

Stone