"A Sin City, tu trouveras tout ce que tu cherches, absolument tout."

Publié le par Stone


Film évènement lors de sa sortie, demain, sort un autre film du même créateur de la célèbre BD,

Sin City




Fiche technique

Film américain

Réalisateurs:   Robert Rodriguez & Franck Miller
(+ une scène tournée par Quentin Tarantino)

Date de sortie:   1 Juin 2005
(soit 2 mois après la sortie américaine...)

Durée:   1h59

Acteurs: Bruce Willis, Mickey Rourke, Jessica Alba, Clive Owen, Elijah Wood, Josh Hartnett, Benicio Del Toro,...


Scénario


Sin City est la ville de tous les vices: la vieille ville gouvernée par les femmes et la moderne par des flics ripoux. Parmi cette bande de racailles sans courage (cf Romeo + Juliet^^), trois hommes vivent sous l'égérie des femmes qui composent leur vies: l'un est un flic en pré-retraite, l'autre est un marginal brutal mais non sans convictions au grand coeur, et le dernier est un justicier dans l'ombre qui protège la vieille ville aux cotés des prostitués.




L'avis de Stone

Respectant scrupuleusement la BD de Franck Miller que ce soit esthétiquement ou au niveau de la narration, "Sin City" est la plus fidèle adaptation de BD (et non de comic's) au cinéma.

Lorsque l'on visionne ce film, la chose qui nous frappe le plus est l'esthétisme fantastiquement particulière du long-métrage. Osant un Noir & Blanc très réussi tout en rajoutant savoureusement quelques touches de couleurs à chaque fois aux bons moments, rajoutez ensuite une spatialisation sonore réussie et une narration tout en voix off envoûtante, et vous obtenez Sin City.

Une ville de tous les vices qui passe pourtant invisible tout au long du film laissant ainsi la priorité à des personnages plus passionants les uns que les autres. Et ce n'est pas la réalisation très classiques pourtant, car transposant la bd à l'écran simplement, qui va contredire des acteurs transfigurés par leurs personnages de névrosés marginalisés.
On lit une Bd, et cette bande-dessinée est très bonne bien que le découpage en trois parties, au départ, distinctes, soit bien trop prononcé car trop apparent. Au final, on se rend compte que chaque histoire qui se déroulait indépendamment l'une de l'autre, révèle une gigantesque trame détruisant chacun des personnages de façon intimes pour certains et publiques pour d'autres.


Au milieu de tout ça, des femmes, beaucoup de femmes toutes plus belles les unes que les autres, du sang, du sang dégoulinant à foison dans un blanc nacré et giclant dans un rouge cendré. Ce film est littéralement empruntée d'un romantisme exacerbé par une philosophie des plus sombres rendant ce film noir au milieu d'une douce poésie invisible...
L'humour y est aussi noir que son âme.

Ce règlement de compte pétaradant manque cependant de quelques touches de folie çà et là qui aurait rendu ce film bien plus jouissant. Ajoutez à cela un manque évident de scènes phares ou cultes qui feraient vibrer un salon ou un coeur, et cela fait baisser sa note finale. Cependant, certaines scènes sont tout de même à couper le souffle et la fin est superbement bien amenée et menée.


Note: 17.5/20



Demain, ça sera une histoire de violence avec "A History of Violence"










Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article